Soirée haute en couleur et riche en expérience pour une centaine de jeunes artistes

Isabelle
Isabelle Chabot
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Soirée des Arts de la Capitale

Certains se sont réveillés tôt, d’autres ont des papillons dans le ventre. Un stress est palpable aujourd'hui dans le Théâtre du Capitole lors du passage de L'Actuel. Une centaine de jeunes d’écoles primaires et secondaires ainsi que des élèves provenant de l’éducation aux adultes de la Commission scolaire de la Capitale s’apprêtent à vivre une expérience haute en couleur. Ils participent ce soir à la Soirée des Arts de la Capitale.

Il s’agit d’une chance unique de monter sur la scène du Théâtre du Capitole. «C’est le fun, c’est un privilège d’être sur cette scène», témoigne une jeune femme de l’école secondaire de Neufchâtel, Sarah Poignan. Avec une dizaine de filles, elle chantera du Charles Aznavour. Les élèves de deuxième et troisième secondaires interpréteront For me Formidable devant de nombreux spectateurs. «Il y aura des gens en bas et en haut», constate Eliza Kilali de l'école secondaire de Vanier en regardant le parterre ainsi que le balcon. La jeune femme n'a pas tort, les artistes provenant de douze établissements scolaires différents feront leur prestation artistique devant plus de 1200 personnes.

«Hier, j’ai eu de la difficulté à dormir. Là, j’ai vu la scène et ça m’a calmé. Je suis habituée de faire des spectacles, mais le Capitole, c’est comme un symbole. C’est un tournant musicalement», explique une élève de l’école La Camaradière, Rosalie Lemire. Pour une neuvième année, les jeunes artistes amateurs se produiront dans un contexte non compétitif dans une salle professionnelle. «Ce n’est pas vraiment une compétition. Faire un spectacle, c’est pour montrer ce que tu peux faire, chacun est bon dans son domaine», ajoute celle qui interprétera avec sa guitare The house of the rising sun du groupe The Animals.

Il est 14h. Les participants sont assis au parterre. C’est l’ultime générale. La nervosité commence à se faire sentir. Les jeunes placotent en attendant leur tour. «L’événement a pour but de rencontrer des jeunes des autres écoles et aussi de générations différentes», fait valoir l’une des responsables du projet, Julie Lévesque.

Déjà, des liens se sont tissés lors de la prégénérale, confirme la gang de filles de l’école secondaire de Neufchâtel. Dès leur arrivée, des jeunes rencontrés lors de la dernière pratique sont venus à leur rencontre. Mais cette fois-ci, le stress semble plus présent. «On est en mode préparation pour ce soir», confirme Geneviève Saucier ajoutant qu’elles souhaitent conserver leur concentration.

Depuis deux ans, les écoles primaires et les élèves provenant de l’éducation aux adultes de la Commission scolaire de la Capitale ont fait leur entrée dans le projet. Parmi ces groupes cette année, l’ensemble de flûtes des écoles La Source et La Chaumière, situées dans La Haute-Saint-Charles, démontre les différentes possibilités s’offrant aux flûtistes. «Cet instrument peut être beau, vivant et rythmé», souligne l’enseignante de musique, Fabienne Synnott. L’ensemble qu’elle dirige a reçu plusieurs compliments provenant d’élèves de niveau secondaire, surpris du calibre offert lors de leur dernière prestation. Loin d’être impressionnée de jouer devant des jeunes plus âgés qu’eux, Aurélie Bérubé est la première à avoir déposé sa candidature lors de l’annonce de la neuvième édition. Laurie Gaudichon, de son côté, en est à sa deuxième expérience, malgré son jeune âge. Elle avoue que même si ce n’est pas sa première présence à l’événement, son ventre papillonne.

Un seul prix est remis, celui du Coup de cœur décerné au groupe ou à l’artiste s’étant le plus démarqué selon les représentants des écoles. Le récipiendaire aura l’honneur de lancer la 10e édition l’an prochain. Le prix sera remis par les membres du groupe limoulois Mauves, Jean-Christophe Bédard, Cédric Martel, Alexandre Martel et Julien Déry. Parmi les quatre gars, certains d’entre eux ont d’ailleurs participé à quelques reprises dans le passé à la Soirée des Arts de la Capitale. «Ça fait cinq ans. J’étais vraiment stressé de jouer devant 1000 personnes. À ce moment-là, je n’avais pas une grande confiance en mes moyens. Ce n’est pas ça qui doit t’arrêter, la confiance va venir avec le travail», mentionne Julien Déry.

La Soirée des Arts de la Capitale constitue à ce sujet une expérience parfaite pour ceux et celles qui rêvent de continuer dans ce domaine dans le futur, selon les membres de Mauves. «C’est important d’avoir des gens plus vieux que toi qui appuient ta démarche et te donnent confiance en tes capacités», poursuit Alexandre Martel. En plus de la scène et la foule, le spectacle est encadré par une équipe professionnelle autant au niveau du son que des lumières. La générale nécessite plusieurs heures d’ajustements. «Tu peux jouer dans ton sous-sol, mais ici, ça donne un peu un avant-goût comme faire des tests de son, etc.», ajoute Jean-Christophe Bédard questionné quant à l'effet de vivre une telle expérience.

Plus de photos à venir lors d’une prochaine mise à jour.

 Les écoles participantes sont les écoles primaires Sans-Frontière et La Source-de la Chaumière, l'école hôtelière de la Capitale, les écoles secondaires Roger-Comtois, Jean-de-Brébeuf, Neufchâtel, la Camaradière, Boudreau, Joseph-François Perreault, l'Odyssée, Cardinal-Roy et Vanier.

 

L'Actuel, membre du Groupe Québec Hebdo

Organisations: Arts de la Capitale, Capitole, école La Camaradière The house Groupe The Animals Commission scolaire Groupe limoulois Mauves Québec Hebdo

Lieux géographiques: Vanier, La Haute-Saint-Charles

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires