Une équipe de tournage à l’école de la Chaumière

Gagnante du concours «Prof, ma fierté»


Publié le 11 mars 2017

L’équipe de tournage s’est promenée entres les classes pour découvrir les «superpouvoirs» vantés par les élèves et les enseignants.

COMMUNAUTÉ. Les élèves et le personnel de l’école de la Chaumière, située dans le quartier Neufchâtel, seront en vedette dans une série diffusée sur Internet ce printemps. Les caméras d’une équipe de tournage se sont invitées dans les classes à la fin de février dernier.

L’école de la Chaumière a des «superpouvoirs» et elle voulait les faire valoir.

Quand l’enseignant Mathieu Hardy a entendu parler du concours «Prof, ma fierté», il s’est dit que le projet était tout désigné pour son école.

«Ici, on est comme une grande famille et c’est ce qu’on a voulu mettre de l’avant. La force de quelqu’un, ici, est la force de tout le monde, finalement.» Ça se dégage dans les projets et la façon d’enseigner aux enfants, assure-t-il. 

Le lundi 21 février, une petite équipe de tournage s’est arrêtée dans les classes pour faire parler les jeunes et leurs profs sur le sujet.

«Prof, ma fierté» les mettra en vedette avec quatre autres écoles du Québec, dans une série créée par la Fédération des syndicats de l’enseignement (FSE) pour valoriser la profession d’enseignant.

Pour faire ressortir les «superpouvoirs» de chacun, Mathieu Hardy et les collègues Cindy Ouellet et Hélène Toupin se sont basés sur le thème de l’année scolaire «Sois le superhéros de ta réussite».

Motivation

Pour Mathieu Hardy, le prétexte était beau pour montrer ce qui est moins connu du quotidien des enseignants.

Pour garder les jeunes motivés, celui qui se décrit comme «Super-Impliqué» se donne pour mission de leur montrer «que pour changer le monde, ça commence entre leurs mains». Or, les profs aussi ont besoin de motivation, plaide l’enseignant: «Moi, je suis tout nouveau et cette année, j’ai la chance de travailler avec une clientèle qui me plaît beaucoup. Donc, je suis plus motivé que jamais ! Mais, je sais que, par la charge de travail, on peut être démotivé». Enseigner, c’est aussi tous les «petits à côté» : la correction, les évaluations, la gestion, fait-il valoir.

«Ce que je pense que ça va amener, c’est que les parents vont être plus conscients de ce qu’on fait, vont peut-être avoir plus le goût de s’impliquer et vont avoir le goût de découvrir ce qui se fait au quotidien», conclut Mathieu Hardy. 

La série «Prof, ma fierté» sera présentée ce printemps en ligne, par l'humoriste Pierre Hébert.

TC Media

L'école de la Chaumière, dans le secteur Neufchâtel de Québec.