Sections

Des groupes communautaires se rassemblent devant le centre Lucien-Borne


Publié le 17 mai 2017

De nombreux slogans étaient affichés devant le centre Lucien-Borne.

©(Photo TC Media - Charles Lalande)

Des groupes communautaires de la Vieille Capitale ont convié citoyens et citoyennes devant le centre Lucien-Borne pour dénoncer la fermeture du service de consultations sans rendez-vous au CLSC Haute-Ville.

L'organisatrice, Gaëlle Généreux, du Centre Famille Haute-Ville.

L’Unité de médecine familiale (UMF) de la Haute-Ville, qui compte 15 médecins, était la dernière du secteur à offrir des consultations ne nécessitant pas de rendez-vous. Un service préconisé par les gens qui n’ont pas de médecin de famille, ou qui désirent en voir un la journée même.

Les groupes organisateurs, c’est-à-dire le Centre Famille Haute-Ville, la maison des femmes de Québec, le Comité populaire Saint-Jean-Baptiste, l’entraide de Faubourg et les AmiEs de la Terre de Québec, s’inquiètent de la perte de services occasionnée par les orientations ministérielles.

De nombreux slogans étaient affichés devant le centre Lucien-Borne.
(Photo TC Media - Charles Lalande)

«Selon le discours officiel du Ministère de la Santé et des Services Sociaux, l’objectif de ce projet de loi est d’augmenter la proportion de Québécois et de Québécoises ayant accès à un médecin de famille de 70% à 85% d’ici 2018. Or, la décision de l’administration du CLSC va réduire l’accessibilité des soins de santé, et ce, notamment pour les personnes les vulnérables de notre société et de notre quartier : les femmes, les familles, les ainés, les personnes à mobilité réduite et celles souffrant de maladie(s) chronique(s)», a déploré Vincent Baillargeon, du Comité populaire Saint-Jean-Baptiste.

Les individus et groupes ont brandi et affiché des pancartes contenant divers messages (voir photos). Ils réclament des responsables du CLSC et au ministre responsable, soit Gaétan Barrette, de s’assurer de maintenir l’accessibilité aux services de proximité pour la population.

De nombreux slogans étaient affichés devant le centre Lucien-Borne.
(Photo TC Media - Charles Lalande)

Gaëlle Généreux, du Centre Famille Haute-Ville, demande une meilleure transition et des mesures compensatoires. «La présence d’un super infirmier ou d’une super infirmière ainsi qu’un meilleur service d’information et de référence à d’autres points d’accès pourrait être un bon début.»