Sections

12 jours en famille en Harley


Publié le 10 octobre 2017

Laurent Prémont et sa conjointe

©(Photo gracieuseté)

VOYAGE. Partir de Glendale en Harley-Davidson, passer par Los Angeles, Las Vegas et San Francisco, en plus d’une traversée d’ouest en est des États-Unis, c’est ce que Laurent Prémont a offert comme cadeau de diplomation à ses deux enfants, nouvellement bacheliers de l’Université Laval.

Charles-Alexy Prémont et Joanie Baribeau à toute allure.
(Photo gracieuseté)

Le chef de la famille Prémont a fait ce voyage plus d’une douzaine de fois depuis sa jeune vingtaine, mais avec ses enfants, c’était une première. Le désir de son fils de 24 ans est de suivre les pas de son père. « J’ai raconté mes randonnées lorsque mes enfants étaient plus jeunes, et Charles-Alexy veut faire tout ce que j’ai fait, alors, le road trip est venu sur le sujet », raconte Laurent Prémont. Il lui aurait proposé de partir en solitaire, mais Charles lui aurait répondu « je préfère le faire avec toi. »

Leur périple de plusieurs milliers de kilomètres a débuté le 26 août dernier. Les six partenaires de voyage n’avaient pas d’itinéraire précis, l’instinct et la découverte étaient au rendez-vous. « On tournait à gauche ou à droite, on improvisait. Je travaille avec une carte papier, mais j’ai toujours un GPS, au cas où. Ça nous permettait d’avoir des petites aventures », mentionne le paternel.

Les six aventuriers : Joanie Baribeau, Charles-Alexy et Ann-Sophie Prémont, Johanne Labrecque, Olivier Bertrand et Laurent Prémont.
(Photo gracieuseté)

Aucun incident majeur n’est survenu sur la route. « Il y a seulement eu une panne d’essence lorsqu’on était à sept kilomètres d’une grande ville. Il faisait 107oF (42oC) », mentionne M. Prémont. Il a dû siphonner de l’essence d’une tondeuse trouvée dans un parc de maisons mobiles inoccupé, afin de poursuivre la route. « La chaleur a été le plus grand défi, et le plus pénible », dit Mme Labrecque. Elle ajoute que lorsqu’elle buvait de l’eau, les gouttes qui tombaient sur son chandail séchaient immédiatement.

Des anecdotes de voyage, M. Prémont en a de nombreuses à raconter, mais il dit que ce « trip de famille » demeurera gravé à jamais.

Les jeunes Prémont devant les parents.
(Photo gracieuseté)

Johanne Labrecque dit que le lien familial est bien présent chez les Prémont. Présente dans la famille depuis cinq ans, elle explique qu’Ann-Sophie et Charles-Alexy se complètent bien. « Ann-Sophie a le sens aiguisé des affaires, et son frère aime le contact avec les gens », explique-t-elle. M. Prémont dit être heureux que tous s’impliquent dans l’entreprise familiale de vente de motos, ce qui assure une continuité.

Selon les « plus vieux », les quatre jeunes désiraient aller plus vite. « Nous, on voulait prendre un peu plus notre temps, mais les jeunes en voulaient plus et voulaient toujours aller plus loin », mentionne le couple. L’ambition d’un itinéraire plus grand que nature, M. Prémont dit l’avoir fait à quelques reprises.

« J’ai appris que suivre des jeunes de 20 ans n’était pas si évident. Ce que j’ai entendu par la suite, est que Charles aurait dit que j’étais le moins fatigué en fin de journée », conclut fièrement M. Prémont.