La couture pour outiller les moins nantis


Publié le 12 mars 2017

Les Fermières enseignent les techniques de base, comme réparer des poches ou faire des bas de pantalon.

DUBERGER–LES SAULES. Les bénévoles du Cercle des Fermières se proposent pour partager un savoir «en voie de disparition». De concert avec l’organisme Solidarité Familles Duberger–Les Saules, les Fermières offrent un atelier de couture dans une démarche pour renforcer l’autonomie de familles du quartier.

Bas de pantalon, ajustement de manches, pose de bouton ou de fermetures éclair: les Fermières de Duberger–Les Saules offrent gratuitement leurs meilleurs trucs à bon entendeur. Un projet de cours de couture bat son plein depuis la fin janvier, jusqu’à la fin mai. Le but est d’outiller les résidents de ce quartier parmi les moins nantis de Québec et de favoriser l’employabilité.

Plusieurs employeurs dans ce champ d'activité ont des besoins, fait savoir le directeur général de Solidarité Familles Duberger–Les Saules, David Paradis, selon qui il peut autrement s’agir d’une connaissance technique utile à maîtriser au quotidien. Savoir repriser et ajuster ses vêtements soi-même peut aussi permettre de générer d’importantes économies, souligne-t-il.

Les Fermières enseignent les techniques de base, comme réparer des poches ou faire des bas de pantalon.

Friperie

En plus des Fermières, des bénévoles de la Friperie du Père-Lelièvre soutenus par Solidarité Familles Duberger–Les Saules participent au projet. La Friperie du Père-Lelievre offre des tissus, des vêtements usagés et des accessoires aux participants. À terme, les bénévoles se serviront par ailleurs des trucs enseignés dans le cours pour financer la Friperie.

Le projet reçoit le soutien financier du Député de Vanier-Les Rivières, Patrick Huot et de la Caisse Desjardins des Rivières. Une fois le projet terminé, en mai, l’organisation espère le poursuivre à l’automne.

Où et quand? : Un lundi sur deux de 13h à 16h au 2341, rue Rivière du Berger.

TC Media