Sections

Marche des Perséides : en mémoire des petits partis trop vite


Publié le 14 mai 2017

La 6e Marche des Perséides a pris le départ du pavillon de médecine de l'Université Laval.

©(Photo TC Media – François Cattapan)

COMMÉMORATION. Souvenir pénible entre tous, en ce jour de la fête des Mères, que celui d'avoir perdu un bébé qui n'a pas survécu en cours ou au terme d'une grossesse. C'est l'œuvre de mémoire que veut souligner la 6e édition de la Marche des Perséides, organisée dimanche en soutien au deuil périnatal.

Sous un ciel gris et pluvieux, environ 200 marcheurs ont déambulé sur le campus de l'Université Laval jusque derrière le Centre mère-enfant du CHUL à Québec. Par cette activité annuelle, l’organisme Les Perséides – Soutien au deuil périnatal vise trois objectifs : réunir les parents endeuillés en cette journée particulièrement émotive; sensibiliser la population à cette réalité; et amasser des fonds pour la cause.

Célébrer la fête des Mères quand on ne peut l'être que dans notre cœur est particulièrement difficile.

Marie-Christine Champagne, journaliste et ambassadrice de la 6e Marche des Perséides

L'Institut de la statistique du Québec rapporte qu'au cours d'une année, plus de 750 bébés de moins d'un an décèdent au Québec. De ce nombre, on compte environ 385 mortinaissances (fœtus de plus de 500g) durant la grossesse.

Pour la fondatrice des Perséides, Sabrina Courant, l'activité permet chaque printemps un moment de recueillement à la mémoire des bébés décédés.
(Photo TC Media – François Cattapan)

«Quelle que soit la circonstance ou la cause (fausse-couche, interruption de grossesse, accouchement prématuré, malformations, maladies ou mort inexpliquée), la perte d’un bébé est un drame pour la famille. En effet, ils ne perdent pas seulement leur tout-petit, mais bien tout le chemin de vie projetée avec lui», relate Sabrina Courant, fondatrice des Perséides.

Elle-même maman ayant perdu une petite fille à l'accouchement en septembre 2011, elle a d'abord fréquenté un collectif de soutien parallèle aux Accompagnantes. Voyant l'aide précieuse obtenue, la résidente de Saint-Émile a décidé de créer l'organisme les Perséides pour le centrer sur la cause du deuil périnatal. Comptant plus d'une centaine de membres, ses réunions se tiennent à la Maison de la famille Louis-Hébert à Sainte-Foy.

Ambassadrice médiatique

La 6e Marche des Perséides bénéficie d'une porte-parole issue du monde des médias. Pour Marie-Christine Champagne, animatrice à Rouge FM et journaliste à RDS, cet évènement revêt un sens très important.

La Marche des Perséides 2017 a été inaugurée par son ambassadrice et maman endeuillée, Marie-Christine Champagne.
(Photo TC Media – François Cattapan)

«L'année dernière, je me suis présentée à la marche quelques semaines seulement après la mort de ma fille. Célébrer la fête des Mères quand on ne peut l'être que dans notre cœur est particulièrement difficile. J'en suis repartie un peu plus légère, d'avoir pu échanger avec d'autres parents qui comprennent, qui sont passés par là et qui s'en sont relevés», explique la maman d’Emma, décédée après 5 mois de grossesse en février 2016.

Autant pour l'ambassadrice que pour la fondatrice des Perséides, l'activité prend toute sa signification le jour de la fête des Mères. C'est l'occasion d'honorer la mémoire des bébés disparus, mais également de célébrer la vie de ceux qui ont survécu. En plus du soutien nécessaire, les parents endeuillés accomplissent une forme de rituel qui aide à ancrer le bref passage dans leur vie de cet enfant parti prématurément.

Pour plurs d'information ou faire un don : https://acclesperseides.wixsite.com/perseides

TC Media