Sections

Une aide de 4M$ pour l'école de l'Aventure

Publié le 7 septembre 2017

Le directeur de l'école de l'Aventure accompagné de Manon Robitaille, Pierre Lapointe, la députée Véronyque Tremblay et quelques étudiants.

©(Photo TC Media – Geoffré Samson)

ÉDUCATION. La surpopulation d'élèves se fait ressentir dans certaines écoles de la Capitale-Nationale. Après la construction d'une nouvelle école primaire à Val-Bélair, la députée de Chauveau, Véronyque Tremblay, annonce une aide financière de 4,12M$ pour l'agrandissement de l'école de l'Aventure, dans le secteur Des Châtels, à Québec.

Par Geoffré Samson

Cet investissement permettra d'ajouter sept classes à l'école primaire, en prévision de la hausse des nouvelles d'inscriptions l'an prochain. La hausse moyenne depuis les cinq dernières années est de 500 nouveaux élèves dans les écoles primaires de Québec.

La présidente de la Commission scolaire de la Capitale, Manon Robitaille, mentionne qu'on doit évaluer la clientèle et revoir l'accueil dans les écoles secondaires, mais qu'on ne peut pas le faire au-delà de cinq ans. Elle ajoute qu'une forte croissance de jeunes familles est recensée dans le secteur de Limoilou et de Val-Bélair. C'est la raison pour laquelle la commission a construit l'école de la Myriade, afin de réduire la surpopulation.

Les unités temporaires de l'école du Buisson.

©(Photo TC Media – Geoffré Samson)

Un tel surplus d'élèves est actuellement observé à l'école du Buisson, dans l'arrondissement des Rivières. La directrice Marie-Josée Veilleux explique qu'ils ont 40 élèves en surplus et la Commission a fait installer des unités temporaires. L'école y a installé deux classes et elles seront chauffées tout l'hiver. « Dans notre secteur, il n'y a pas eu de nouvelles constructions immobilières et cette hausse serait directement liée aux nouveaux arrivants », selon la directrice de l'école du Buisson.

Dans l'arrondissement Les Rivières, il y a par ailleurs un appel d'offres visant l'école des Écrivains, situé sur la rue Jacques Crépeault. « En attendant ce qui sera proposé pour l'amélioration de l'école des Écrivains, nous avons décidé de préserver la clientèle à du Buisson, et éviter le déplacement des étudiants vers un autre établissement. C'est la raison par laquelle nous avons installé les unités temporaires », dit Marie-Elaine Dion, conseillère en communication de la CS de la Capitale.

Avec cette nouvelle réalité, la présidente de la commission scolaire confirme que d'autres annoncent viendront prochainement, mais ne préfère pas nommer d'endroit ou de montant pour l'instant.