Des réactions à la question Qu’est-ce qu’un chouayen?

Publié le 17 février 2012

L’Actuel a sondé la population afin de savoir si elle connait la signification du mot chouayen. Le Vox pop a été effectué lors du lancement du quatrième livre de la série Découvrir Québec traitant de l’arrondissement de la Haute-Saint-Charles. Un lecteur a réagi à la suite de la publication du sondage. Bruno Verret a souhaité répondre à la question Qu’est qu’un chouayen? puisqu’elle lui rappelle de très bons souvenirs folkloriques. (NDLR)
 
Pour lire les réponses des personnes sondées lors du lancement du lire Découvrir Québec: La Haute-Saint-Charles, cliquez sur le lien suivant: Vox pop et pour ce qui est de l’article sur le lancement du livre, cliquez sur Haute-Saint-Charles.

Je ne prétends pas avoir la vérité absolue, mais dans mon cas, cela me rappelle de très bons souvenirs. Quand j'étais jeune, car maintenant j'ai 70 ans, les gens de Saint-Émile, on les appelait les Chouayens....

Pourquoi? Voilà la réponse. Ce n'est pas la vérité absolue, mais la perception que nous avions à ce moment-là. D'abord Les gens de la montagne, ceux qui vivaient dans la côte et sur la montagne, parlaient avec une intonation chantante, ce qui les différenciait des autres. Un accent très drôle.

Mon frère me faisait fâcher me disant que je sortais vers l'âge de 14-15 ans avec une CHOUAYENNETTE. Cela me mettait en maudit. Voilà la raison.

Remarquez que je ne veux pas insulter personne, mais bien ce que je pourrais appeler du folklore aujourd'hui. Les gens de Saint-Émile étaient des gens qui n'avaient pas froid aux yeux, il ne fallait pas astiner trop fort. Que de soirées d’enterrements de vies de garçon passées à l'Auberge du Cheval Blanc entre Saint-Émile et Lac-Saint-Charles. Il y en a eu des chamailleries. Ouf…

Bruno Verret, résident de Loretteville

Une autre personne a réagi. Il s'agit de Réjean Lafond.

"Toute ma famille est née ici. Mon père et mon grand-père m'ont raconté que le mot chouayen vient d'un fort anglais «chouagen». Probablement que c'est la déformation de la prononciation. C'était plus populaire dans les années 1960-1970."

Réjean Lafond, résident de Saint-Émile

 

L'Actuel, membre du Groupe Québec Hebdo