Connaissez-vous le hockey sous-marin?

Parce qu’il n’y a pas juste le hockey


Publié le 9 juin 2014

HOCKEY SUBAQUATIQUE ¬ La saison du hockey n’est pas terminée malgré l’élimination du Canadien et la fermeture des patinoires pendant l'été. Il est toujours possible de jouer sous l'eau.

À Québec, plus d’une soixantaine de pasionnés du sport sont membres  du Club de Hockey Subaquatique Québec. L’organisation a vu le jour en 1998, mais le hockey sous-marin se pratique depuis plus longtemps. La gang se réunit à la piscine du Cégep Sainte-Foy.

À l’aide d’un masque-tuba, de palmes, d’un casque de water-polo et d’un petit bâton, les athlètes d’une même équipe s’alternent dans le fond du bassin pour amener la rondelle jusqu’à la zone des buts. Afin d’éviter les blessures à la main en raison des parois rugueuses de la piscine, les hockeyeurs sous-marins enfilent un gant protecteur.

En pleine action, une rotation s’effectue entre les six membres afin de leur permettre d’aller respirer à la surface. Les jeux sont rapides. Le temps passé sous l’eau varie entre 15 et 20 secondes.

Chacune des périodes a une durée de 15 minutes et deux pauses sont à l’horaire. «C’est souvent une deuxième carrière pour ceux qui ont fait un sport aquatique», raconte la présidente du Club HSQ, Marie-Renée Blanchet. Cette dernière fait valoir que hormis le Water-polo, il n’existe pas vraiment de sport aquatique d’équipe.

 

Le club ajoute un volet jeunesse

De nouveaux groupes d’âge se sont ajoutés récemment. Le Club de Hockey Subaquatique Québec offre maintenant deux programmes. Il y a les groupes «nano», destiné aux enfants de 10 ans et moins et  «ado» pour les 11-16 ans. Les jeunes apprennent ainsi les rudiments du sport tout en améliorant leurs habiletés de natation. Pour la première année de ces deux nouveautés, le bilan est positif.

Le club compte de nombreux joueurs s’illustrant sur la scène nationale ou internationale. En 2013, quatre athlètes de la région ont été sélectionnés sur les équipes canadiennes masculines et féminines Élite. Le Vaniérois, Charles Savard, pratique cette discipline depuis six ans. Il a rapidement fait sa place. D’ailleurs, le joueur a participé aux Championnats du monde en Hongrie.

Le club est en lice pour être l’hôte du championnat canadien 2016. «On aimerait le tenir au Peps parce qu’il faut un minimum de deux surfaces de jeu», explique la présidente.

 

Le hockey subaquatique en bref

-similaire au hockey sur glace

-objectif: pousser une rondelle dans le but adverse

-la rondelle de 1,5 kg demeure en contact avec le sol de la piscine

 

Pour en savoir plus sur le club: www.hsq.ca

 

 

L'Actuel, membre du Groupe Québec Hebdo